Posture assise

Il existe plusieurs variations de la posture assise.
A gauche, une petite démonstration de Padmasana : la posture du lotus. Posture idéale pour effectuer du pranayama et pour méditer, à condition de pouvoir l’effectuer.
Bon sans aller jusqu’à léviter aujourd’hui et à faire la posture du lotus, nous allons essayer de comprendre comment s’asseoir correctement.
Premier conseil : prenez un coussin pour vous rehausser. Installez-vous sur le sol, pliez les genoux et croisez les pieds. Inutile de ramenez les pieds sur les cuisses.
Le plus important dans cette posture est de s’y sentir à l’aise, car pour méditer ou effectuer les exercice de respiration, il est nécessaire de la maintenir au moins quinze à 20 minutes et souvent sans bouger. Plus les genoux approchent le sol, plus on se sent confortable. Bien évidemment, ce confort est très relatif d’une personne à l’autre, notamment parce qu’en matière de souplesse, hélàs, nous ne naissons pas égaux les uns les autres. Mais il est toujours possible de réajuster la posture en ajoutant des coussins pour se sentir plus à l’aise… Voir photo ci-contre.
Deuxième conseil pour cette posture assise : avoir le dos très droit. Pour cela attraper les mains au dessus de la tête et étirez toute la colonne vertébrale. Puis baissez les bras. Vous voilà prêt pour méditer… Ou bien pour commencer les vrais exercices de respiration. Nous verrons cela demain. Bonne fin de journée à vous tous et toutes.

Sitali, un exercice de respiration pour rafraîchir le corps

Aujourd’hui, pour rafraîchir un peu le corps, vous pouvez pratiquer Sitali.Cet exercice de respiration est également excellent pour prévenir les maux de tête ainsi que pour réduire l’appétit. Deux exercices ici présentés : le premier s’adresse aux débutants, le deuxième aux étudiants avancés.

Remarque : parfois certaines personnes n’arrivent pas à plier leur langue comme montré dans la vidéo. Vous pouvez alors la plier en deux dans le sens de la largeur en la calant contre le palais. Aspirez l’air de cette façon-là. Et expirez toujours par le nez.

Améliorer la concentration grâce au yoga

En aidant le mental à fixer son attention sur un point, le yoga améliore la concentration !
Tatrak, un excellent exercice de yoga pour améliorer la concentration
Exercice de tratak
Mode de vie stressant, nouvelles technologies, alimentation toxique,   nous vivons dans un monde où il devient difficile de se concentrer. A l’heure de rédiger un compte rendu, soudain, le téléphone sonne. Au beau milieu de la rue, un mail sur le smartphone et hop obligé d’y répondre dans la seconde. Avez-vous remarqué comment nous marchons de plus en plus le téléphone à la main, un peu comme s’il nous guidait. Envie d’aller au ciné ? Et hop, je consulte le smart… parce que moi, je ne le suis plus… Notre téléphone, lui est concentré, nous, nous ne le sommes plus ! 
Attention je n’ai rien contre les nouvelles technologies, (bien utilisées, elles rendent d’immenses services) mais, force est de constater qu’elles ne nous aident pas à nous concentrer ! Il n’y a qu’à observer la façon dont se déroule aujourd’hui un rendez-vous. Un mail ou un texto quelques jours auparavant, deux ou trois coups de fil le jour même pour confirmer. Puis deux ou trois coup de fil avant l’arrivée pour signifier notre retard ou notre avance, un texto pour expliquer l’endroit précis ou nous nous trouvons. Plus besoin de se concentrer sur cette action, car, nous savons que le sacro saint portable nous sauvera ! Résultat en attendant nous perdons beaucoup plus de temps ! Et surtout, moins nous sommes concentrés, moins nous réussissons à l’être. Comment dès lors réhabituer ou habituer tout court (notamment pour les natifs numériques) à se concentrer ou à apprendre à se concentrer ?
Pour les yogis, le mental ressemble à un muscle… Seule différence : il est bien moins docile à dompter que les vrais muscles ! Et tout d’abord à quoi bon se concentrer sur ce genre de petits détails quotidiens puisque notre plus fidèle ami le smartphone (quatrième génération) s’en charge pour moi, alors que pendant ce temps-là, je peux vaquer à mes 36.000 autres pensées ? Un mental qui tourne à quarante mille à l’heure tel un bolide lancé à 300 à l’heure sur une autoroute non stop, finit par un jour ne plus rouler ! Trop d’activité mentale, c’est usant, fatiguant et déprimant et à quoi bon cette souffrance inutile?


Une solution pour les yogis : réduire l’activité du mental. Rassurez-vous ! Même en essayant de ne plus penser, vous pourrez toujours penser ! Mais, par contre, en se détachant des pensées, on n’arrive à se sentir plus heureux et plus en paix… « Yogas, chitta-vritti- nirodha » (le yoga consiste à restreindre l’activité du mental) nous explique Pantajali dans ses Yoga Sutras, nous révélant ainsi que la méditation est le yoga ! Il existe un espace de silence à l’intérieur de nous où il est possible de vivre heureux de façon permanente… La méditation nous y mène. Mais pour cela, il existe une étape intermédiaire : la concentration (dharana, 7ème étape du Raja yoga, le yoga qui vise à contrôler le mental ».)
Dans l’état de concentration, le temps file à toute allure, le mental cesse de vagabonder d’une idée à l’autre pour se perdre dans ce labyrinthe sans fin fait de pensées très peu créatives et souvent déprimantes. Il est  absorbé dans ce silence absolu. En étant concentré, nous canalisons l’énergie là où nous la dirigeons. Swami Vichnu Devanda utilisait l’image du papier sous une loupe, elle même placée sous les rayons du soleil. Les rayons du soleil concentrés dans la loupe finissent par mettre le feu à la feuille. La concentration donne plus de puissance à nos pensées et à nos actions. 
Tous les exercices de yoga aident à améliorer la concentration : les yamas et les niyamas (les règles éthiques) les postures, la respiration,  la relaxation, le retrait des sens. Dans les premiers temps, lorsque nous méditons, en fait, nous essayons de nous concentrer. 
Pour cela : amenez l’attention sur un des deux chakras supérieurs (le point entre les sourcils ou le coeur) ou sur le souffle, ou sur un mantra, ou sur la flamme d’une bougie (tratak) ou sur une fleur ou sur la photo d’un maître. Peu à peu, le mental se calme. Bientôt vous connaîtrez cet espace intérieur de silence où vous pourrez vous ressourcer à volonté. 

Pratique pour aujourd’hui : dix minutes de tratak et enchaîner par dix minutes de méditation.